Accueil > Projets > Usines automobiles > Renault-Billancourt > Renault-Billancourt

Renault-Billancourt

Le projet des usines Renault a été le premier à être mis en oeuvre au sein du programme « Usines 3D ».

L’entreprise a pris naissance à Billancourt à la fin du XIXe siècle sur un espace d’une banlieue encore semi-rurale, mais déjà affectée d’un développement d’usines et de populations nouvelles qui y trouvent du travail.

JPEG - 74.4 ko

La jeune entreprise familiale (Renault Frères) fait le choix de rester sur place, à proximité des pouvoirs, au cœur du plus grand marché automobile et des ressources en main-d’œuvre qualifiée ou non, que renferme l’agglomération parisienne.

 A partir de 1910, l’entreprise passe sous le contrôle du seul Louis Renault qui en devient le « patron absolu ».

Durant l’Entre-deux-guerres il développe une production diversifiée de grande série en coordonnant les activités manufacturières de ses différents ateliers. L’usine constitue alors un ensemble de productions intégrées.

JPEG - 77.4 ko

Vue générale en 1933

Après la Seconde guerre mondiale, l’entreprise devenue Régie Nationale délocalise une partie de ses activités jusqu’à l’arrêt de la production automobile en 1992 et la reconversion de l’espace usinier en espace urbain.

Atelier C5 dans les années 1920

Nous avons entrepris de reconstituer un bâtiment particulier de l’ancienne usine Renault. Notre choix s’est porté sur l’atelier C5, situé dans l’ancien "Trapèze" de Billancourt, qui a été construit en 1906 pour servir d’atelier d’assemblage des châssis de voitures de séries. C’est là qu’en 1917 une première forme de travail à la chaîne a été introduite – d’abord pour monter les chars FT17 de la Grande Guerre, puis pour assembler des automobiles. Les chaînes, initialement manuelles sont progressivement mécanisées. En 1930, elles sont transférées dans l’usine de l’île Seguin. Cet atelier C5 a servi d’échantillon et de test au projet U3D destiné à être étendu par étapes à d’autres bâtiments du site ou à d’autres installations industrielles.

Dans ce dessein, nous avons rassemblé toutes les sources historiques concernant l’édifice.

 

JPEG - 103.3 ko

Atelier C5, en 1914

C’est par le traitement de ces documents iconographiques (plans, photographies, films) que nous avons reconstitué le modèle du bâtiment C5 en 3D, permettant de s’y déplacer virtuellement, mais aussi de suivre l’évolution de sa construction et de ses aménagements. Le dossier documentaire et la modélisation du bâtiment acquise, il a fallu affiner les bases de données afin de permettre la modélisation en dynamique des premières installations de chaînes d’assemblages. Nous avons commencé par les installations de 1922 et 1924, particulièrement bien documentées1. Entre février 1922 et septembre 1924, trois reportages photographiques sont réalisés dans les ateliers d’assemblage des châssis de Billancourt pour présenter les différentes étapes du travail à la chaîne. Chaque cliché est pris pour présenter une étape d’un cycle technique aboutissant à la fabrication du châssis. Deux de ces reportages servent de modèle au même dessinateur - Jankowski - pour réaliser des dessins de presse pour Omnia en septembre 1922 et pour l’Illustration en septembre 1924. A l’époque, cette pratique est déjà ancienne et courante.


1 Alain P. Michel, Travail à la chaîne : Renault : 1898-1947, Boulogne-Billancourt, ETAI, 2007, 192 p.

En savoir plus  :

PDF - 26.5 ko


Partenaires scientifiques :
Partenaires industriels :

© ANR Usines 3D | Contact | Edition et développement | Mentions légales | Plan du site

SPIP | | Suivre la vie du site RSS 2.0